Ma passion était intacte et dévorante. Je décidais donc d’implanter le badminton à Poitiers. Mais comment faire quand on est seul ? Ma première démarche fut de solliciter les plus grosses structures sportives de la ville : l’A.S.P.T.T., le Stade Poitevin, et le P.E.C.
Même réponse : créez votre association, ensuite on verra !
Le tout dit sur un ton ironique qui en disait long sur la crédibilité que pouvait dégager notre sport.

Face à cet échec et surtout cet état d’esprit, ma motivation s’en trouva sublimée. Je décidais de mettre une petite annonce dans les journaux :
« Toute personne intéressée par la pratique du badminton (compétition ou loisir) est priée de contacter Patrick Lefebvre, tél : ../../../.. »

Plusieurs mois passèrent sans résultat. Mais, inlassablement, je remettais l’annonce dans les journaux.
En mai 1976 (la date exacte me fait défaut), un samedi, la sonnette de mon appartement retentit. Deux hommes d’origine asiatique se tenaient devant la porte. Na? Haur et Ung Hong Ly m’expliquèrent qu’ils étaient cambodgiens. Na? avait joué en équipe nationale et avait 48 ans, et Ly travaillait à l’université. Après discussions, nous décidâmes que le club que nous souhaitions créer serait au sein du Poitiers Etudiants Club.

M. Lefève, président du P.E.C. omnisport m’aida dans les démarches, ainsi que Sylvie Ruet, future secrétaire du P.E.C. Sa connaissance du milieu universitaire me fut très utile.

En décembre 1977, le P.E.C. badminton naissait, suite à une démonstration entre A. Baquet, champion de France en titre, et A. Citolleux, le 20 mai devant 45 spectateurs !!

Les entraînements se déroulèrent à la salle annexe du G.U.2 (1 court). La hauteur de la salle (6 m) nous permit d’améliorer nos drives !?
Le badminton venait de naître en Poitou-Charentes. Mais ce que je ne savais pas à l’époque, c’est qu’au sud de la région, exactement à Pons (17), un club venait aussi de naître. La coïncidence voulut que son président fondateur fut un normand qui avait évolué à l’U.S. Lillebonne, voisin de 8 km de mon club d’origine, le R.C. Bolbec.
En 1978, j’aurai le plaisir de le rencontrer en interclubs. Son nom : Daniel Lafon.