association de badminton

Créer un club de badminton n’est pas compliqué mais la ligue Nouvelle-Aquitaine et ses comités départementaux vous aident.

Le badminton est une activité amusante qui permet de se dépenser sans s’en rendre compte. N’importe qui peut jouer avec n’importe qui, à son niveau, à son rythme. On joue très vite et du coup on progresse très vite et donc s’amuse très vite !

La première étape de la vie d’une association et de ses dirigeants, c’est sa création. Voici les informations.

Tout d’abord, la ligue propose aux nouveaux dirigeants un accompagnement de trois années sous la forme d’un pack de création de club.

Pack création de clubs

Ce pack est vrai accompagnement :
  • humain (chargé de développement)
  • financier (aide de démarrage, prises en charge sur les licences et les formations)
  • matériels

Pour visualiser le pack, cliquer sur l’image de droite

 

pack création de clubs

N’hésitez pas à contacter à la ligue :

  • siège : contact@lnaqbad.fr ou 05 56 51 55 43
  • chargée de développement à Bordeaux (Kristell Danguy des Déserts) : kristell.danguy@lnaqbad.fr ou 06 95 86 15 07
  • chargé de développement à Limoges (Paul-Olivier Nginn) : paulolivier.nginn@lnaqbad.fr ou 06 22 90 40 83

Voici les différentes étapes pour créer un club.

Trouver un gymnase !

Le badminton, contrairement au jeu du volant, est un sport qui se pratique dans un gymnase.
Pour cela, il faut se rapprocher des collectivités territoriales pour bénéficier d’au moins un créneau dans l’un d’eux.
Ces collectivités sont les mairies, les communautés de communes, les communautés d’agglomération.
On peut également bénéficier d’un gymnase de collège ou de lycée mais il faut se rapprocher soit du chef d’établissement, soit de la mairie qui a une convention avec l’institut scolaire.
Dans tous les cas, ne pas hésiter à leur montrer votre envie de créer un club de badminton.

Comment doit être ce gymnase ?

Pour cela, il suffit de regarder à la partie « dirigeants/équipements » les règles techniques de la fédération qui :

  • conseillent par rapport aux traçages des terrains
  • montrent que le traçage des 5 disciplines ne nuit pas à leur pratique
  • établissent les normes notamment en matière de sécurité
  • définissent les classements de pratique
  • conseillent par rapport aux traçages des terrains
  • décrivent le matériel conseillé comme les poteaux et filets

C’est donc un document de poids vis-à-vis du propriétaire de l’équipement.

Si ce gymnase ne correspond pas aux règles techniques ?

On commence petit et puis, on évolue.
Le but est de dynamiser la pratique au sein de votre localité et de jouer et de faire jouer au badminton.
Par contre, il faut un minimum de jouabilité.
Difficile de jouer dans une salle trop petite en longueur ou en largeur ou trop basse.

Si le gymnase n’est pas tracé ?

On peut demander au moins un traçage temporaire au scotch pour commencer.
Il faut comprendre que les lignes d’un terrain forment le cadre pédagogique de l’activité.
On peut demander également l’appui de la ligue ou du comité départemental pour dialoguer avec le propriétaire.

Combien de créneaux ?

Pour bien commencer, un minimum de 2 créneaux dans la semaine est souhaitable.
Une association est dite viable à partir de 10 licenciés et d’au moins 6 terrains-heure par semaine.
Par exemple, si le gymnase compte 3 terrains, il faut au moins posséder un créneau de 2 heures par semaine.
Attention à ne pas demander trop de créneaux au départ ! Il faut s’en occuper ensuite.

Autres sports

Les autres sports ne seront pas forcément vos amis !

Les 5 fédérations (handball, volley-ball, basket-ball, tennis et badminton) se sont mises d’accord pour arranger les tracés dans les gymnases. Demander conseil auprès de la ligue.

Un club d’un autre sport n’a aucune raison de faire valoir ses lignes sauf s’il a aidé au subventionnement de l’équipement ou s’il joue à un niveau au moins national.

Ne pas oublier que bien souvent les « scolaires », aujourd’hui, pratiquent le badminton, mais parfois au détriment des règles techniques et donc toute pratique sécuritaire. Il est de notre devoir de conseiller.

Prendre contact

Ne pas hésiter à contacter le comité départemental ou le comité régional pour être épaulé dans la création de votre club !
Oui, ce sera votre club !!

Proposer une animation !

Proposer une animation lors d’une soirée, une après-midi ou une journée est le meilleur moyen de montrer :

  • que le badminton va créer de l’engouement
  • que la création du club se justifie
  • que jouer au badminton est simple
  • de trouver des personnes pour vous aider à monter le club

Comment proposer une animation ?

Il faut :

  • se faire aider du comité départemental ou régional
  • demander un affichage communal ou informer la radio locale
  • motiver les connaissances
  • aller voir les clubs alentour
  • Faire émarger les participants en prenant leurs coordonnées
  • Préparer du matériel via les comités
  • Faire jouer, animer, discuter…
  • Montrer l’émargement des participants au propriétaire de l’équipement

On peut alors, demander aux participants s’ils souhaitent aider à la création du club et on définit une date de réunion.

Documents :

Assemblée Générale constitutive

Cette première réunion permet de créer l’association.
Il ne faut pas hésiter à inviter toutes les personnes désireuses de voir ce club se monter et il est de bon aloi d’inviter un élu communal.

Lors de cette assemblée, on vote les statuts qu’il vaut mieux écrire avant (statuts types dans les fichiers, à droite).
Attention, ces statuts ne doivent être ni trop permissifs, ni trop restrictifs !
Il faut définir le siège de l’association. Certaines mairies peuvent se charger de recevoir le courrier. On peut aussi utiliser l’adresse du président. Mais, cela signifie qu’il faut changer les statuts à chaque changement de président, ce qui n’est pas très commode.
Lors de cette AG constitutive, on définit également le bureau avec au moins un président, un trésorier et un secrétaire.
Un règlement intérieur, qui précise les modalités des statuts, peut être créé (ce n’est pas une obligation !).
Il faut aussi définir le montant des cotisations. ATTENTION à ne pas définir un coût trop bas ni trop élevé !!
Dernier point, il faut rédiger un Procès Verbal de l’Assemblée (rédaction du déroulement et des votes).

Création administrative

Il faut porter à la préfecture ou à la sous-préfecture dont on dépend, avec 3 exemplaires des statuts, une déclaration de constitution en 2 exemplaires adressés au préfet ou au sous-préfet sur papier libre avec nom, prénom, siège social, date de constitution, composition du bureau (nom, prénom, date et lieu de naissance, adresse, profession, nationalité, fonction).

Rajouter « bien vouloir nous adresser le récépissé de votre déclaration », le PV de l’AG, l’autorisation du maire pour le siège social, 2 exemplaires du règlement intérieur s’il y en a un, la demande d’insertion au journal officiel (modèle A). Les documents doivent dater de moins de 3 mois.

La préfecture envoie un récépissé de demande de déclaration et vous invite à communiquer au Journal Officiel (JO) avec les formulaires. Demander au moins 3 exemplaires du JO quand votre parution apparaîtra.
La parution au Journal Officiel déclare l’association officiellement créée.
Vous pouvez, alors, ouvrir un CCP ou un compte bancaire avec un exemplaire des statuts, composition du bureau, un exemplaire du JO (copie) et une délibération du comité directeur désignant les mandataires. Ceux-ci devront déposer leur signature à la banque.

Le registre spécial

Il est conseillé de tenir à jour un registre spécial (ce n’est plus obligatoire !).
Chacun des changements concernant les dirigeants ainsi que les modifications apportées à ses statuts devront y être enregistrés.

Il doit être coté et paraphé sur chaque page par la personne habilitée à représenter l’association. (Art. L 5).

Au début du registre, inscrire les mentions suivantes : « Registre spécial de l’association (nom de l’association) dont le siège social est à (adresse ), coté et paraphé par (nom du Président). »
Chaque changement porté sur le registre spécial doit mentionner la date et être signée par le Président en exercice.

Doivent être ensuite portés sur ce registre « de suite et sans aucun blanc » (art. 31 du décret du 16 août 1901) avec indication de la date des récépissés de déclaration modificative :

  1. les modifications apportées aux statuts;
  2. les changements de dirigeant;
  3. les nouveaux établissements fondés;
  4. le changement d’adresse du siège social;
  5. les acquisitions ou aliénations des immeubles de l’association.

Ce registre devra être présenté aux autorités administratives ou judiciaire chaque fois qu’elles en feront la demande.
Il constitue en quelque sorte la mémoire juridique de l’association.

Dernier conseil

Adhérer à l’OMS (Office Municipal des Sports) de la commune s’il en existe un !

Documents

Le plus difficile est franchi, s’affilier à la fédération de badminton est très facile !

Il suffit de contacter la secrétaire de la ligue qui fait remplir le formulaire de création de club et qui l’envoie à la fédération avec la composition du bureau (formulaire) et un exemplaire des statuts.
Le club est alors créé sur poona (logiciel fédéral). L’Affiliation est provisoire en attente des premières licences.
Il faut alors demander un compte dirigeant sur poona et commencer à rentrer les licences. Tous les membres de l’association doivent être licenciés et le président en premier.

A partir de 10 licences et de 6 terrains-heure/semaine ->affiliation définitive. Le club est affilié.
Le coût de l’affiliation est gratuit la première année. La fédération donne 305€ si moins de 4 clubs dans le département ou 183€ et au moins 122 € doivent revenir au club.

Département

Il faut se rapprocher du comité départemental pour connaître les avantages à une création de club.
Le département peut, à titre d’exemple, parrainer l’association, aider sur du matériel, faciliter la formation, aider à la structuration. Bref, vous n’êtes pas tout seul et vous faites partie d’une famille qui a pour but de développer la pratique.
Un comité départemental est composé des différents clubs pour animer sur son territoire l’activité.

Ligue

Elle possède un pack de création de club complet qui permet d’être aidé à tous les niveaux et se structurer sur trois années minimum. Mais ensuite, vous aurez le soutien du réseau comme les autres clubs. Contactez donc la ligue sans hésiter.

Agrément

L’agrément permet de recevoir des subventions de l’état et s’affilier à la fédération suffit pour l’obtenir.

Pourquoi s’affilier ?

  • C’est du Badminton pour tous.
  • C’est la possibilité de participer aux compétitions individuelles et par équipe.
  • C’est la possibilité de se former en tant qu’officiel, dirigeant, animateur, entraîneur.
  • C’est l’intégration de ses résultats au sein du classement national.
  • C’est être assuré par le biais de la licence.
  • C’est devenir acteur du développement du badminton français et aquitain.
  • S’affilier c’est rejoindre un mouvement fédéral et lui reconnaître un rôle majeur dans l’organisation de la pratique, dans la reconnaissance que nous accordent les pouvoirs publics, les médias…
  • C’est participer au développement de la discipline et contribuer encore plus à élargir son implantation. Plus nous serons nombreux et plus nous aurons de la légitimité pour améliorer les conditions d’accueil (plus de gymnases tracés, plus de créneaux de jeu…)

Que du loisir ?

Certains dirigeants, quand ils créent un club, ne le font que dans un but de loisir.
Mais, « loisir » n’est pas le contraire de « compétition ». Les compétiteurs le font pour leur loisir.

On ne saurait trop conseiller de ne pas limiter les possibilités du club.
Un club affilié peut prétendre à former des animateurs voire des entraîneurs et permet d’ouvrir des créneaux encadrés.
Et, aucune obligation de participer à des compétitions sauf que si des joueurs le souhaitent, ils le peuvent.
Les compétitions par équipes sont idéales pour commencer car plus rassurantes.
De plus, un club qui n’est pas affilié n’a aucun moyen de se développer car ne peut prétendre à aucune aide et ne fait pas progresser l’activité au sein de la commune.

Quelques chiffres.
70% des clubs non affiliés ne durent pas plus de 5 ans (15% pour un club affilié).
90% des clubs non affiliés n’ont pas progressé au bout de 5 ans (pas de créneau supplémentaire, des créneaux « bouche-trou », etc…)
Certains clubs non affiliés ont disparu car d’autres sports, affiliés eux, ont demandé et obtenu leurs créneaux.
60% des clubs affiliés Néo-Aquitains ont une école de jeunes et un peu plus de 50% on une école de jeunes labellisée.
15% des clubs affiliés Néo-Aquitains n’ont aucun compétiteur.
35% des licenciés Français sont non compétiteurs.

Doit-on licencier tous les adhérents ?

Oui ! Les statuts conformes avec la fédération demandent à ce que tous les adhérents soient licenciés.

Ne pas respecter cette règle peut entraîner la non-affiliation du club et donc l’enlèvement de l’agrément ce qui entraîne l’impossibilité de recevoir une quelconque subvention.

Mais cette règle va dans le bon sens général et du club lui-même car licencier ou non crée l’ambiguïté chez l’adhérent et influence ses choix. L’activité voit alors moins de licenciés (seul critère reconnu par les institutions) et est moins reconnue.
Aujourd’hui, si toutes les pratiques badistes licenciaient tous les joueurs, le badminton Français auraient plus de moyen que le tennis.
On estime à plus de 2 millions de pratiquants français alors que seulement 190 000 sont licenciés !!