L’Année 2000 marque un tournant pour le badminton Français.

Depuis 1979, année de la renaissance de la fédération française, la croissance était restée constamment entre 5 à 15%.
D’abord lente, la progression s’était nettement accélérée avec l’entrée du badminton aux jeux olympiques de Barcelone en 1992.
Vers le milieu des années 90, l’activité a commencé à se faire connaître, notamment dans le milieu scolaire, avec l’implantation de terrains via des filets tendus de mur à mur sous l’impulsion des professeurs d’Education Physique et Sportive.

La fin des années 1990 et le début des années 2000 marque un changement dans la société avec le retour en force du sport santé, du sport bien-être, du sport sans se prendre la tête et du sport où le partage et la mixité sont recherchés. Le badminton est le candidat idéal.

Alors qu’on avait prévu une stagnation du nombre de clubs et de licenciés, les courbes ont continué à progresser par l’arrivée de nouvelles structures permettant un meilleur accueil de l’activité et par l’obtention de nouveaux créneaux malgré une rude concurrence dans les gymnases.

progression des licenciés 1979-2000
progression du nombre de clubs jusqu'à l'année 2000

En Limousin :

Après deux années de présidence d’André Ledoux, Jean Jacques Modenel a pris le relais à la tête de la ligue de 1986 à 1994.
Puis, ce fut le tour de Gérard Bonnat, d’avril 1994 à décembre 2000.

Trois sièges se sont succédés avec d’abord celui originel à Guéret.
2ème siège : 28 rue des bleuets, 87350 Panazol
3ème siège : 22 rue des bleuets, 87350 Panazol

L’année 2000 marque la présidence de Jean-Pierre Blanchard (qui tiendra le poste 8 années) qui amènera la ligue à la maison régionale des sports.
4ème siège : 35 boulevard de Beaublanc, 87100 Limoges
La ligue est positionnée sur le projet de nouvelle maison des sports « Gaïa » et compte aller vers la professionnalisation (arrivée de Frédéric Chateau en 2004 en tant que cadre technique).

En Poitou-Charentes :

Depuis 1984, il y a eu 7 présidents : Catherine Rauby (Poitiers PEC) en 1984, Jean-Philippe Verdu (Pons BOP) le 16/11/1985, Jean-Rémy Frerot (Poitiers PEC) le 26/09/1987, Claude Thessier (La Rochelle BR) le 08/09/1989, Pierre-Louis Couturier (Buxerolles ESBB) le 26/08/1995, Emmanuel Manien (Poitiers BCP) le 25/06/1998 et Jérôme Claveau (La Rochelle BR) le 09/06/2000 (mandat de quatre ans).

Le nombre de clubs a bien augmenté à partir de 1995 et les licences à partir de 1997.
Une secrétaire à mi-temps aller arriver en début des années 2000 : Béatrice Brochard.

En Aquitaine :

Malgré une augmentation surprenante dans les années 90 du nombre de clubs et de licenciés, la progression ne fléchit pas, surtout en Gironde. Le cap des 3000 licences et des 60 clubs est franchi avec l’an 2000.

La ligue possède  un cadre technique, en charge notamment du pôle espoir.  C’est Patrice Delabrouille qui a remplacé à cette fonction Olivier Bime. Au niveau emploi, un poste de secrétaire-comptable est prévu dès 2001 avec l’arrivée de Saadia Allouche.

Après la présidence de Bruno Lafitte (Pau) depuis 1992, Joël Brassart (Andernos) le remplace en 1996. La création d’un gymnase au sein du CREPS de Bordeaux fait son chemin.
En attendant, le pôle espoir, structure d’accès au haut-niveau, oblige à louer des salles.